Pour cette journée mondiale de l’autisme, j’ai eu la chance de pouvoir m’entretenir avec Laurent Savard, papa du grand Gabin, futur champion de rollers !!

L’Autisme est difficilement définissable tant le spectre est large mais, selon Laurent, nous devrions mettre l’autisme avec un S …

Pour ceux qui ignorent ce qu’est le handicap et plus particulièrement l’autisme, que pourriez-vous leur dire pour que les esprits s’ouvrent davantage à TOUS ceux qui les entourent ?

 » D’ajouter un S à autisme. L’autisme est très … pluriel ! Certaines personnes ont un QI au dessus de la moyenne avec des difficultés de socialisation. Mais c’est hélas une minorité. D’autres ont une déficience intellectuelle – le mot n’est pas cool mais c’est une réalité pour un bon tiers des personnes autistes – et/ou ne parlent pas, ne savent pas lire, ont des gros problèmes de comportements.

Beaucoup peuvent aussi partir dans des crises pas toujours faciles à gérer et ce dans tout le fameux spectre. Personne ne peut donc résumer l’autisme, pardon, les autismes. D’ailleurs, dommage que Gabin ne puisse parler, il pourrait lui-même définir son autisme qui est à dix mille bornes de l’autisme d’un Good Doctor ou même de Rain Man.  

Donc, pour s’ouvrir à l’autisme, il faut s’ouvrir à la différence, toutes les différences ! « 

Pour retrouver notre entretien dans son intégralité https://monhandicapamoinesevoitpas.blogspot.com/2020/04/malgre-le-confinement-noublions-pas-la.html